Pour entamer cette série de «Secrets de fabrication», je repars à l'automne 2011, lorsque j'ai terminé la première version de La Grande Panne:



est-il indiqué à la fin du livre qui sort en avril 2016, ce qui montre bien qu'il y a eu deux moments d'écriture de ce texte, à plusieurs années d'écart.

Peu de temps avant la sortie de Et qu'advienne le chaos (voir ce billet), j'avais entamé ce nouveau livre. Je me souviens avoir beaucoup écrit à l'été 2011, et l'avoir terminé précisément le 11 septembre 2011. La date n'était pas anodine, car dans cette première version le 11 septembre 2001 jouait un rôle symbolique, placé pile entre le 11 septembre 1991 (la scène du capuchon) et le 11 septembre 2011 (le dernier jour de la panne). Dans la version actuelle, il reste des traces de cette idée (notamment par le fait qu'il y a une scène se passant le 11/09/2001 pour  chacun des trois personnages principaux), mais la datation du capuchon et surtout de l'histoire elle-même n'est plus indiquée (même si pour cette dernière ce n'est pas difficile de retrouver l'année en question...).

Cette Grande Panne devait même sortir en mars 2012 aux éditions Attila (on en trouve la trace chez certains marchands de livre en ligne, ainsi celui-ci). Mais mon éditeur (il s'agissait, et il s'agit toujours, de Frédéric Martin — à l'été 2013, une scission a vu les deux éditeurs des éditions Attila poursuivre chacun de leur côté, Benoît Virot aux éditions Le Nouvel Attila, et Frédéric Martin au Tripode) m'avait demandé de reprendre des choses du livre, qui à ses yeux (et aux miens, maintenant...) n'était pas complètement abouti.

Pour des raisons complexes sur lesquelles il n'est pas utile de s'étendre, je n'ai pas touché à ce livre pendant plusieurs années, hormis deux tentatives: l'une à l'été 2012 (je me souviens très bien avoir écrit cet été-là la scène de l'explosion de la mine en Italie - maintenant pages 12 à 14 du livre - cet été-là, mais presque rien d'autre - et c'est d'ailleurs peut-être pour cette raison qu'elle est écrite dans un style qui tranche avec le reste du roman), et l'autre au printemps 2014, où je me suis fait imprimer un exemplaire de travail pour le relire tranquillement:



Cet exemplaire, je m'en suis servi à la fois pour prendre des notes:



mais aussi tout simplement aussi comme base pour réécrire le livre entièrement (je veux dire par là que je ne suis pas reparti d'un fichier numérique, je travaillais en réécrivant les phrases imprimées que j'avais devant les yeux). Ce qui fait que même pour des passages qui n'ont pas changé dans la structure narrative, il y a de subtiles différences. Par exemple, le début du cahier d'Emiliano pour Jean-Charles (dans la première version, il s'agit d'Emilio et Jules). Voici les deux versions à la suite:





Les différences sont ici d'ordre stylistique. Mais cette première version diffère largement du roman publié, principalement parce qu'un des trois personnages principaux, celui qui s'appelle dans le roman publié Nathanaël (et dans la première version Thomas), n'est plus du tout le même.
Dans la première version, il était marié, avec des enfants. Il habitait à Montreuil-Bellay, et y restait pendant presque tout le livre - et presque toutes ses scènes étaient liées à ses relations amoureuses avec deux personnages féminins (tous les deux disparus dans la version définitive). Mais ce personnage était trop déconnecté du reste de l'histoire (l'idée de départ était d'avoir un des trois «héros» confronté de manière quotidienne à la panne), et s'il partait à la fin rejoindre Normand sur l'île de Sein, cela arrivait bien trop tard pour qu'on admette son utilité réelle dans le livre. Je l'ai donc entièrement repris, et lié à ce fameux Cyril (je n'en dis pas trop encore, car j'écris ces premiers billets alors que le livre n'est pas encore sorti en librairies...).

Il est quand même assez amusant de voir que j'ai gardé des scènes «similaires» entre les deux versions avec ce personnage. Ainsi le tout début du livre, dans la première version (il n'y avait aucun autre prologue que la scène du capuchon):



Et ce qui est la page 23 du livre, la première scène de Nathanaël:



Il y a évidemment bien d'autres changements entre la version de 2011 et le livre actuel, J'y reviendrai lors d'autres «Secrets de fabrication»...